Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Journal des TIC

Un hacker fait tomber un à un tous les sites racistes et homophobes

22 Octobre 2015 , Rédigé par Techno-futur Publié dans #news, #securite

Ces derniers temps, et c’est bien triste, les propos racistes et homophobes ont tendance à être publiés de manière totalement décomplexée sur la toile. Certains vont même jusqu’à créer des sites web faisant l’apologie du racisme. Un hacker a décidé de combattre ce fléau et fait tomber un à un tous les sites racistes et homophobes.
 

 

Face à la recrudescence de sites web relayant des discours racistes et homophobes, un hacker a décidé de passer à l’attaque. Amped Attacks, c’est ainsi qu’il se fait appeler, est un spécialiste des attaques DDos (distribuer denial-of-service).

Le principe d’une attaque DDoS est de surcharger des serveurs en données grâce à différents logiciels pour les faire tomber. Si certains s’amusent à s’attaquer à des sites un peu au hasard, Amped Attacks a choisi de ne s’en prendre qu’aux sites racistes et homophobes.

Non content de sa démarche, Amped Attacks relaie ses exploits sur son compte Twitter et n’hésite pas à s’en prendre directement à ses « victimes ». Il utilise par ailleurs le hashtag #tangodown, hashtag habituellement utilisé par les Anonymous. Rien ne dit pour autant que le hacker en question est un Anonymous.

Pour le moment, Amped Attacks s’en est pris aux sites godhatesfags.com (homophobe) et kkkknights.com (raciste). Sa prochaine attaque ? Le site kuklosknights.com, également un site raciste.


 

Si le hacker se félicite de réussir ces attaques, cela ne signifie pas que les sites sont détruits à jamais. Le principe d’une attaque DDoS étant de surcharger les serveurs, il arrive un moment où le site retrouve un fonctionnement normal.

Que pensez-vous de la démarche d’Amped Attacks ? A-t-il raison d’empêcher la diffusion de ce genre de discours ou estimez-vous, malgré les messages de haine qui y sont diffusés, que ces sites ont droit à la parole ?

Via

 

 

Commenter cet article